top of page
anna1991anna-AvNo5s0EfW4-unsplash.jpg

Le coin des parents

  • Photo du rédacteurPole Parents Bébés Bambins

LES EMOTIONS PRIMAIRES: LA JOIE

Les enfants vivent la joie de façon très intense.

Parfois, nous, parents, avons l’impression de perdre le contrôle. Nous avons alors le réflexe de vouloir réduire leur expression de joie en leur disant, par exemple de se calmer.

Selon la psychologue française Isabelle Filliozat, « plus on accueille les émotions des enfants, plus ils pourront vivre de la joie. » Par ses conseils, elle peut nous aider à comprendre notre tolérance à l’égard de cette émotion. Nous avons comme parents un rôle important à jouer pour permettre à nos enfants de simplement vivre leur joie, sans la freiner.


ICI ET MAINTENANT


Un des principaux ingrédients pour transmettre la joie à nos enfants fait souvent défaut dans nos horaires surchargés de parents : profiter du moment présent. « On est très souvent dans le futur, ou bien dans le passé, mais assez peu dans le ici et maintenant . Or, l’enfant se sent aimé et en connexion avec nous lorsqu’on est vraiment dans l’instant présent. »

Vivre dans l’instant présent la joie de l’enfant, nous fait éprouver de la joie, n’est ce pas ?

Partager la joie de l’enfant avec des mots et des expressions non verbales (grand sourire, bouche ouverte, yeux écarquillés, pouce levé, clin d’œil…) permet de prolonger l’émotion de joie chez lui… et d’être contaminés nous-mêmes par cette émotion positive !


LAISSER LES ENFANTS BOUGER

En bougeant, les enfants dépensent de l’énergie mais nourrissent aussi leur cerveau : bouger, courir ou danser aide « à mémoriser, apprendre, réguler les émotions, se concentrer….et ça donne la joie ».

Il faut également les laisser prendre certains risques, proportionnés, plutôt que de les restreindre dans leurs jeux, de peur qu’ils ne se fassent mal. Ainsi, ils deviennent plus créatifs et ont davantage d’interactions positives avec les autres, et peuvent mieux évaluer les dangers et décider en conséquence de l’action qu’ils vont entreprendre.







NE PAS LES SURPROTEGER


L’auteure le souligne : pour connaître la joie, l’enfant doit pouvoir être libre, autonome, et vivre l’aventure, et ainsi ressentir cette émotion.

A nous, parents, d’éviter de faire les choses à leur place, car on perd ainsi une occasion de leur permettre de développer leurs propres compétences.

Il nous reste à trouver le bon équilibre entre nos craintes d’adultes et le couple besoin/émotion des enfants.


ETRE ENSEMBLE ET JOUER ENSEMBLE


Les discussions, les promenades, les soirées en famille sont des rituels créant des moments de joie partagée.

Bien sûr, ils aiment jouer, mais encore plus quand on est avec eux.

Toutes ces occasions de partage que nous faisons vivre à notre enfant créeront aussi des souvenirs, qui plus tard, pourront faire émerger la joie.

Pour que le passé des enfants soit une richesse, c’est à nous, adultes, d’en prendre soin dans le présent.

Et ce ne sont pas toujours les évènements marquants qui dominent la mémoire.

Dans quelques années, votre enfant vous parlera de ce jeu auquel vous avez joué ensemble un jour de pluie dans un chalet alors que vous, vous vous souveniez plutôt des cinq jours consécutifs de mauvais temps….


Sources : - Naître et Grandir

- Cultivons la joie, de Isabelle Filliozat (éd. Poche Marabout)

- Pexel/nounproject


31 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page