top of page
anna1991anna-AvNo5s0EfW4-unsplash.jpg

Le coin des parents

  • Pole Parents Bébés Bambins

LES EMOTIONS : GENERALITES

Les émotions sont des réactions spontanées à une situation.

Elles peuvent entraîner des manifestations physiques (pâleur, accélération du rythme cardiaque, agitation, transpiration etc) et psychologiques (changement d’humeur par exemple)

Les émotions primaires sont les premières que vivent les enfants. Au cours de la première année de vie apparaissent joie, tristesse, dégoût, peur, colère et surprise. Elles sont 6.

Les émotions secondaires , ou mixtes, apparaissent entre 15 et 24 mois, quand le tout-petit réalise qu’il est une personne à part entière ; il a conscience de lui et peut ressentir par exemple la jalousie.

Petit à petit, d’autres émotions secondaires apparaissent, qui nécessitent la compréhension de règles, de normes, d’objectifs à atteindre ; ce sont par exemple la culpabilité, la honte, la fierté.






Qu’elles soient primaires ou secondaires, il est bon pour l’enfant de développer sa compétence émotionnelle, c’est à dire qu’il apprenne à reconnaître ses émotions, pour pouvoir adapter son comportement quand il vit une émotion ; il lui faut pour ça qu’il les connaisse, les exprime et les gère. Par exemple, il pourra arriver à se calmer s’il est fâché au lieu de crier ou de frapper .

Comment l’aider à reconnaître et exprimer ses émotions ?

  • en mettant des mots sur les émotions, par ex « tu es en colère parce que ton frère ne te prête pas son camion » . Dès les premiers mois, on peut lui parler ce langage . Ainsi, il apprendra à comprendre le moment qu’il vit.

  • en prenant ses émotions au sérieux. Il se sentira compris, et n’ira pas jusqu’à manifester ses émotions de manière inacceptable.

  • faites-lui remarquer le langage corporel associé aux émotions. Votre enfant les reconnaîtra alors encore mieux : sourcils froncés quand on est fâché, sourire quand on est content, des larmes quand on est triste, des yeux grands ouverts quand on a peur

  • pendant les lectures, par exemple, quand vous racontez l’histoire, faites le parler des émotions des personnages.

  • amusez-vous ensemble devant un miroir à imiter différentes émotions, et cela permettra à l’enfant de mieux se connaître, devant quelque chose qu’il ne maîtrise pas.


Comment l’aider à contrôler ses émotions?

  • dites-lui que ce qu’il ressent est normal ; il sera rassuré, compris et réconforté.

  • en lui donnant des trucs, comme de prendre de grandes respirations quand la colère monte et faire comme s’il soufflait sur une bougie.

  • Parlez-lui en quand il est calme, pour qu’il puisse s’en souvenir et l’utiliser au bon moment, avec votre encouragement du regard, si vous êtes présent.

  • favorisez les discussions en famille sur les émotions par exemple ressenties chez les uns ou les autres pendant la journée. Votre enfant pourra prendre ainsi l’habitude de parler de ce qu’il vit.

  • ou bien, en l’aidant à trouver lui même ses stratégies (dessiner, serrer un doudou, aller dans sa chambre, qui peut alors être un refuge)

  • en l’aidant à développer son empathie, cette capacité à percevoir les sentiments et les émotions d’une autre personne. Elle se développe à partir de 4 ans, mais toutefois, dès 18 mois, l’enfant peut consoler en apportant un doudou ou faire un câlin à un petit voisin qui pleure. Cela peut l’aider à comprendre et gérer ses propres émotions.


Ces conseils concernent la gestion d’émotions surtout primaires, comme tristesse ou colère ou peur, où il a besoin de vous, ses parents, pour l’aider à les exprimer et à les apprivoiser .


Pour les émotions comme la joie, il l’exprimera par le chant, la danse, le besoin de sauter. Le coloriage ou le dessin sont des bons moyens d’expression où les couleurs douces et fraîches auront toute leur place.

En résumé, il faut retenir l’importance de bien aider le tout-petit, assez tôt, à comprendre comment il réagit aux situations de la vie, pour les appréhender plus sereinement et renforcer sa capacité à s’adapter à son entourage. L’habituer à parler de ce qu’il vit et à le laisser petit à petit trouver ses stratégies pour les exprimer et les gérer.


A mesure qu’il grandit, votre enfant deviendra plus habile pour comprendre ce qu’il vit, et plus apte pour décrypter les émotions secondaires comme la fierté, la jalousie, le soulagement, la confiance, la surprise etc !

Sources : Naïtre et grandir

nounprojet / unsplash

15 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page